Non, non ne veut pas dire non

Non veut dire non. Ou, du moins, c’est ce qu’on scande dans les manifestations, dans l’espoir de convaincre les violeurs potentiels de s’abstenir et pour éduquer la population non-féministe à la notion de consentement. Mais, en réalité, le consentement n’a rien à voir avec « no means no ». Et, même s’il serait sans doute excessif de dire que c’est le dernier slogan qu’on devrait vouloir adopter,  on peut certainement trouver mieux. Qu’entend-on exactement par « non veut dire non »?

Il a souvent été argumenté que « yes means yes » (éventuellement « only yes means yes ») était une formulation plus juste. En effet, le consentement n’est jamais tacite et ne doit pas être présumé, et le modèle du consentement actif ou affirmé doit primer. Or, même avec cette formule, un problème demeure. Baser l’identification du consentement sur un oui ou sur un non suppose deux miracles : une question et une réponse.

https://31.media.tumblr.com/tumblr_m05pa8bvRs1rq97pfo1_500.jpg 

Poser la question
C’est bien beau d’enseigner aux garçons de respecter le non de leur partenaire, mais leur apprend-on seulement à poser la question? La culture du viol et l’imaginaire collectif relativement au « romantisme » les incite plutôt à prendre sans demander. Combien de fois a-t-on lu ou entendu des phrases comme « est-ce que je peux poser ma main sur ton sein? » « est-ce que je peux te lécher? » ou encore « est-ce que je peux entrer en toi? ». Si vous trouver ce passage malaisant, inutile de chercher plus loin une réponse. Dans mes discussions entre camarades sur le consentement (voire lors d’un cours de droit pénal sur l’agression sexuelle!), combien de fois ai-je entendu « parler, ce n’est pas romantique »? Mais dites-moi, violer, c’est romantique, peut-être?

Dans les films, en particulier, embrasser une femme par surprise est présenté comme romantique, et ceux qui n’osent pas le faire, comme timides et maladroits. Lorsqu’elle a les yeux bandés, lorsqu’il la raccompagne chez elle après une première date, lorsqu’elle regarde ailleurs, lorsqu’elle en a choisi un autre [et j’oserai ajouter : lorsque le célébrant lui dit que c’est le moment]… Il est toujours temps de prendre sans permission. Si bien qu’en regardant La reine des neiges (Frozen), j’avoue être restée bouche-bée en entendant « j’aimerais t’embrasser. Est-ce que je peux? ».

Un homme peut bien savoir et comprendre qu’il doit s’abstenir lorsqu’on lui dit non (évidemment, ça marche quelques soient les genres des partenaires), les chances sont à l’effet qu’il ne cherchera pas à l’entendre.

Et y répondre
Le problème que pose la réponse est plus complexe encore. L’actualité nous a fait entrevoir certains des obstacles à une réponse libre et sincère, notamment les dangers pour la vie et pour la réputation associés au rejet des avances. Cela vous parait excessif? Accordez-moi encore quelques lignes de bénéfice du doute, et appréciez quelques savoureux exemples.

Guy Turcotte, Thierry Patenaude-Turcotte, les Survivantes et Co : filicides
Du très médiatisé cas de Guy Turcotte au documentaire sur les Survivantes, six femmes ayant perdu leur enfant aux mains de leur ex partenaire, on a, cette année, abondamment entendu parler de filicides. Je n’argumenterai pas que chaque femme, au moment d’avoir des rapports sexuels, envisage la possibilité que son partenaire tue leur enfant si elle le rejette. Force est cependant de constater que, comme le souligne cet article des Hyènes en jupons, les filicides ont beaucoup d’éléments en commun, notamment leur survenance dans le cadre d’une séparation. Ces meurtres (qui seront médiatisés à grands renforts de « fait divers » et de « drame familial »), sont un des leviers de la domination masculine, soient la punition. Ce qu’elle vise à inculquer? Dire non, c’est dangereux.

Isla Vista et Co et violence intraconjugale
Le meurtre et la violence intraconjugaux menacent également les femmes qui disent non aux relations sexuelles ou au couple. Dans le cas de la tuerie d’Isla Vista, c’est l’ensemble des femmes qui devait être puni pour son rejet de l’assassin (pourtant manifestement un homme charmant et doux comme un agneau…). L’actualité regorge de cas de violence conjugale faisant suite à une séparation. Cette semaine, on a aussi pu lire l’horrible histoire d’une femme assassinée par son mari devant leur enfant « parce qu’elle se refusait à lui ». L’habitude de donner un faux numéro ou de répondre « je suis déjà prise » à un inconnu qui nous drague ou nous harcèle témoigne, à l’instar de la collection de témoignages When womenrefuse, de la conscience qu’ont les femmes des dangers du « non ». La défense de provocation indique, quant-à-elle, la tolérance du droit criminel canadien envers certains meurtriers « qui ne peuvent s’empêcher » de tuer leur ex ou le nouveau partenaire de celle-ci devant l’affront qu’on leur fait.

Violence psychologique et atteintes à la réputation
La société se tient également prête à condamner et à punir par les mots les femmes qui osent dire non. Le ridicule concept du « friend zone », désignant la situation où une femme « relègue » un gentil prétendant à la zone d’amitié (comme si le couple était la situation par défaut, et l’amitié, l’anomalie) les culpabilise, tandis que les insultes telle « sainte-nitouche », « mal baisée » ou « frustrée » les humilie. Quant à la lesbophobie, elle est entre autres employée pour intimider celles qui refusent l’hétéro-sexualité en continu.
Les femmes doivent également composer avec le problème de la non-spécificité du « oui ». Au lieu d’un consentement ponctuel et itératif à un acte particulier, on attend d’elles un engagement à l’avance. Se marier, être en couple, inviter un homme dans sa chambre, déshabiller ou être déshabillée, embrasser… Ces actes sont vus comme en « impliquant » d’autres. Sinon, c’est que la femme est une allumeuse ou ne remplit pas son « devoir ».


L’idée selon laquelle il suffit qu’un homme s’interrompe lorsqu’une femme lui demande de le faire n’est d’aucun secours à moins d’aménager des espaces où le « non » peut être formulé et entendu. Des espaces où le consentement n’est jamais présumé, extrapolé ou déduit d’actes ambigus. Des espaces où les femmes sont réellement libres de dire oui, c’est-à-dire où elles peuvent dire non sans danger ou pression. Dépassons le « non veut dire non » : le consentement, c’est tellement plus que cela.


Vous avez aimé cet article? 
Vous aimerez aussi Réformer le droit du viol
Pour me soutenir, rejoignez https://www.facebook.com/decolereetdespoir et suivez-moi @SuzanneZaccour