La "logique" féministe transphobe: morceaux choisis

En tant que femme cis, ce n’est pas à moi de définir le cissexisme ou d’expliquer l’oppression des personnes trans*. Il me faut cependant dénoncer celles et ceux qui se servent de l’idéologie antisexiste comme excuse à leurs discours haineux ou à leur refus d’examiner leurs propres comportements oppressifs. Ces personnes nuisent à la crédibilité du féminisme, mais plus important encore elles participent à l'oppression et aux violences subies par un groupe marginalisé. 

Le féminisme n’a pas à être transphobe, et pourtant de trop nombreuses féministes le sont. Avec ces quelques morceaux choisis, j’espère démontrer que le féminisme ne doit pas conduire à des positions cissexistes, ces dernières étant mêmes carrément incompatibles avec la logique du féminisme. Voilà donc le best of de l’illogisme transphobe. Enjoy.

Le féminisme transphobe, c’est :

·         Décréter que des personnes n’existent pas parce leurs réalités ne font pas l’affaire de nos politiques.

·         Désirer ardemment que les hommes arrêtent de nous « expliquer » que le sexisme qu’on dénonce n’est pas du sexisme. Expliquer aux personnes trans* que la transphobie qu’elles dénoncent n’en est pas.

·         Intimider, harceler, menacer et opprimer des femmes… au nom du féminisme.

·         Défendre bec et ongles des positions drôlement identiques à celles des masculinistes.

·         Affirmer que « femme = robe » est oppressif, mais que « femme = vagin » ne l’est pas.

·         Savoir que la vulnérabilité aux agressions physiques, la discrimination à l’emploi et le harcèlement sont des marqueurs d’oppression… sauf lorsqu’ils sont subis par des personnes trans*.

·         Baser tous ses arguments sur un supposé complot des femmes trans*. Ignorer entièrement l’existence des hommes trans*, des personnes non-binaires, et des enfants trans* non politisés.

·         Affirmer qu’être femme n’est pas un privilège mais la cause d’oppressions. Dire que les femmes trans* sont des hommes qui se font passer pour des femmes pour obtenir des privilèges.

·         Détester que les machistes justifient le sexisme par la « nature » ou la biologie. Légitimer sa violence par la biologie.

·         Apprendre que des personnes trans* s’identifient à un genre non binaire. Reprocher aux personnes trans* de renforcer la binarité du genre.

[Description d'image: Dessin de Stéphie, une jeune fille trans* et personnage principal de la BD Assignée Garçon. En haut et en bas du dessin, il est écrit en noir: Les filles trans ne font pas que "s'identifier en tant que" filles, Elles SONT des filles." Illustration de Sophie Labelle.]

N’hésitez pas à ajouter vos illogismes préférés! Pour vous initier aux enjeux trans*, je recommande la BD en ligne Assignée Garçon.

Si vous avez apprécié ce texte, vous aimerez aussi mon article La transphobie, ça va faire. Pour encourager ce blogue, aimez ma page Facebook et suivez-moi sur Twitter