"Victime" n'est pas un mauvais mot (#ElbowGate)

Il y a longtemps que je voulais écrire sur les connotations qu’on associe au mot « victime » – surtout lorsqu’il désigne une femme victime de violence masculine. Tout le monde a un avis sur ce mot – il ne faut pas dire « victime de viol » parce que c’est « victimisant » (quoique cela veuille dire…), il ne faut pas « se poser en victime » parce que c’est enfantin, il faut dire fièrement « je ne suis pas une victime » pour s’autonomiser (empower) suite à un viol. Bref, un gros mot qui fait peur. Avant d’aller plus loin, je dois dire qu’il faut respecter le choix de chaque personne de se définir comme elle l’entend (victime ou survivante d’agression sexuelle, par exemple); cela ne signifie pas, cependant, que les mots que l’on emploie pour parler d’une tierce personne n’aient pas d’importance.


Description: photo de l'incident qui a mené au #ElbowGate. On voit plusieurs député.e.s debout dans l'allée centrale alors que les autres sont à leur siège.
Source: http://cbccaption.cbc.ca/152/727/cullen-manhandling-180516-clip_frame_1343.png 

Cette semaine, le Premier ministre du Canada a donné un coup de coude accidentel à une députée en chambre. Parce qu’apparemment rien d’autre ne s’est passé dans le monde cette journée-là, le battage médiatique a été immense, et on parle maintenant de #elbowgate. On peut diviser les commentaires en trois catégories.

La première tombe directement dans le blâme des victimes (victim blaming) et accuse, en gros, la députée Brosseau d’être une salope qui se pose en victime pour attirer l’attention – et autres variations misogynes (voir cet article (TW : misogynie, masculinisme, blâme des victimes)).

La deuxième accuse le premier ministre d’être violent envers les femmes, faisant de son parti un parti non féministe. Ici, on se sert du mot « victime » sans blâme des victimes, mais à grands renforts de sensationnalisme. Que ce soit clair : la violence envers les femmes n’est pas exagérée dans notre société. Elle a plutôt tendance à être banalisée (voir tous les médias du monde qui parlent de « crimes passionnels »). Ainsi, qu’on prenne un acte de violence au sérieux devrait être positif. Bien sûr, on parle généralement de violence envers les femmes quand la violence est intentionnelle et dirigée vers une femme « en tant que femme ». Néanmoins, s’il avait été commenté de manière plus intelligente par les médias influents, l’épisode aurait pu mener à une discussion importante sur la culture de la virilité dans le monde politique. On peut discuter l’appellation « violence envers les femmes », mais il y a à mon sens une violence politique collective à exclure systématiquement les femmes du pouvoir. Malgré un cabinet des ministres présentement paritaire, la sphère politique demeure tout à fait macho (voir #DéciderEntreHommes, qui témoigne de l’absence de parité dans l’espace public et politique). Une culture parlementaire virile participe à ce phénomène. Il n’y a qu’un pas entre dire que la politique est un monde où il faut « jouer du coude » et en déduire que c’est « un monde d’hommes ». Souvenons-nous qu’il n’y a pas si longtemps un scandale d’un même style (mais beaucoup moins médiatisé parce que ridiculiser les femmes est monnaie courante) avait vu le jour au Québec lorsque le ministre Barrette avait « caqueté » en chambre pour se moquer de l’intervention d’une collègue. Les espaces politiques sont des lieux où il faut crier pour se faire entendre, où des jeux de tapage rappellent les rituels d’intimidation chez les singes, où l’avancement se fait par réseautage dans des boys clubs, et où la vie professionnelle est faite pour exclure les mères. Alors oui, on peut faire le lien entre le sexisme et l’incident du #ElbowGate où le contact physique a été privilégié comme stratégie politique. Bien sûr, ce n’est pas comme ça qu’on a parlé de l’incident.

Une troisième catégorie de commentatrices a déploré que la violence envers les femmes n’intéresse la société que dans des contextes partisans (pensons aux discours sur les pauvres femmes voilées qui ressortent à chaque élection). Elles ont reproché aux médias de présenter la députée Brosseau en « victime », ce qui serait infantilisant et insultant pour les « vraies victimes ». Attention, ce discours est dangereux. On peut critiquer l’attention démesurée portée à un événement qu’on trouve banal (quoique, je reçois rarement des coups de coude au travail…). Cependant, la rhétorique des « vraies victimes » est à proscrire. Cette idée selon laquelle il y aurait la « petite violence » et la « vraie violence » envers les femmes résulte dans une hiérarchisation qui met davantage en danger les femmes. C’est parce qu’elles ne sont pas de « vraies victimes » que les victimes de « date rape » sont moins à plaindre que les femmes qui sont violées par un étranger. C’est parce qu’il ne faut pas « banaliser les vraies violences » en dénonçant les violences ordinaires que rien n’est fait au sujet du harcèlement sexuel. Ainsi, le commentaire « critique » du discours populaire n’échappe pas lui-même à la critique, car il permet à une personne extérieure de décider qu’une violence est trop banale pour qu’il n’y ait de « victime ».

Il n’y a pas de mal à être une victime. On ne peut pas à la fois se battre contre le blâme des victimes et se sentir insultées lorsque le même mot est utilisé pour qualifier une situation quelconque. Victime. Victime. Victime. Redites-le jusqu’à ce que vous cessiez d’entendre « faible », « vulnérable », « sans pouvoir ». Le phénomène du #ElbowGate nous aura appris que, lorsqu’il est question de violence envers les femmes (avérée ou imaginée), la victimisation demeure un sujet qui nous met mal à l’aise. Blâme, sensationnalisme, partisannerie et peur du mot doivent disparaitre de nos paroles lorsqu’il est question de victimes de violences masculines.


Si cet article vous a plu, un partage est toujours apprécié! 
Vous aimerez aussi Niqab: n'ayons pas peur de dire les choses.
Suivez la page Facebook de ce blogue pour voir mes prochains articles!